Congrès de Versailles: le Président adresse un message à tous les Français

A l'Assemblée Congrès de Versailles: le Président adresse un message à tous les Français

Lundi 9 juillet, le Président de la République s'est exprimé devant le Parlement constitué en Congrès. Sur un ton humble, il a prononcé un discours ambitieux et clair, mettant en perspective le bilan de l’année écoulée et ses intentions pour les quatre années à venir.

 

L’objectif de ce discours prononcé devant les parlementaires et adressé aux Français, n’était pas de s’auto congratuler comme certains le redoutaient, mais de rappeler à chacun le cap et la volonté du Président pour faire à nouveau de la France une grande puissance, en reconstruisant une société solidaire et une économie forte :

  • Un projet de société qui s’attaque aux scandaleuses inégalités de destin afin « que ce ne soient plus la naissance, la chance ou les réseaux qui commandent la situation sociale, mais les talents, l’effort et le mérite ! ». L'éducation est « le combat de notre siècle » pour permettre ensuite l'émancipation par le travail.
  • Une économie forte grâce à la reprise de l’investissement, et au soutien aux entreprises. Le Président a souligné qu’il est absurde de prétendre qu’aider les entreprises revient à aider les riches : c’est tous les Français que nous aidons en consolidant notre économie.

L’année écoulée a été l’année des engagements tenus : l’investissement est reparti, le scandale du tirage au sort à l’université a été réglé, l’école a retrouvé sa place, l’état d’urgence a été levé tout en renforçant notre arsenal juridique contre le terrorisme, la rémunération du travail a été améliorée, les blocages du marché du travail ont été levés, la SNCF a été sauvée, et les finances publiques ont été rétablies pour la première fois depuis plus de dix ans.

Le Président a expliqué être pleinement conscient du décalage entre l’ampleur des réformes engagées et les résultats déjà ressentis.

Il a dressé le cap des mois et des années à venir :

  • Il a annoncé qu’il recevra les partenaires sociaux cet été pour partager avec eux l’agenda des prochaines réformes, ainsi que les 120 plus grosses entreprises françaises afin de leur demander de s’engager pour l’apprentissage, l’emploi des jeunes et le développement de leur activité dans les territoires délaissés.
  • Il a fixé la priorité de l’année, la construction de l’Etat-Providence du XXIème siècle, plus universel, par une meilleure couverture des risques de chômage de chacun indépendamment de son statut, et une meilleure protection en matière de retraite ; plus efficace, par la transformation de l’offre de soins sur le territoire à l'automne, et l’effectivité du reste à charge zéro et plus protectrice des plus fragiles, notamment les enfants, les plus démunis et les plus âgés.
  • Il a appelé à la poursuite de la restauration de l’ordre républicain : en termes de sécurité, il a indiqué que plus de moyens seraient consacrés pour les forces de l’ordre et que la procédure pénale serait réformée pour libérer des forces sur le terrain ; en termes de droits et devoirs, il présentera le service national universel d’ici la fin de l’année ; en matière de lutte contre l’islamisme radical, il établira, en concertation avec les Français musulmans, un cadre et des règles garantissant que l’Islam s’exercera partout de manière conforme aux lois de la République.
  • Il a évoqué le combat européen à venir l’année prochaine, précisant que « la frontière véritable qui traverse l’Europe est celle qui sépare les progressistes des nationalistes ».

Enfin, sur la forme de l'exercice, le Président a annoncé avoir demandé au gouvernement de déposer dès cette semaine un amendement qui lui permettra, lors du Congrès de l’année prochaine, de rester pour écouter les réactions des différents groupes politiques, et de leur répondre.